Lost in Translation

Oui, il fallait bien un titre comme celui-ci: je déménage dimanche matin. C’est un peu dérangeant de n’être déjà plus là où l’on est, mais pas encore là où on va. Il y a des boîtes partout dans ma chambre, qui n’est plus ma chambre que pour deux nuits. C’est G., un ami de K. qui emménage à ma place.

Il me reste encore quelques boîtes à faire, pour mes vêtements, mes serviettes de bain et produits de beauté, mes ustensiles de cuisine, et mes 5 plantes vertes:
- Théodore la plante grasse,
- Franklin la plante vierge,
- Sixtine la fougère (la seule fille),
- Gérald l’autre fougère,
- et Horatio le cactus.

Mon travail me plaît. J’avais rendez-vous avec des clients cet après-midi; la première fois que je rencontre des clients sans la supervision de mon patron. Je leur en ai mis plein la vue avec mes financial statements, return-on-investment et autres customer price-elasticity et corporate loan agreements. À un moment, mon esprit s’égare et je me vois, confiante, en train de parler à ces gens, de les conseiller. Je me rends compte de combien mon MBA m’a servi et transformée.

Nous avons aussi parlé de la vie à San Francisco. La plupart des gens qui vivent à San Francisco n’y sont pas nés, alors on se raconte d’où l’on vient, pourquoi on est venu, combien de temps on a vécu ici… Je suis du Sud de la France, lui vient de Hawaii, elle de Corée.

Dans le centre commercial où nous déjeunons il y a une pluie d’eau artificielle, comme une cascade de rosée, qui tombe dans un petit lac encerclé de plantes. Je me demande si les enfants y courent patauger dès que leurs parents tournent le dos un instant… et en reviennent tout trempés, fiers et honteux.

En rentrant « chez moi » ce soir, j’ai acheté un pot de glace au chocolat et aux chamallows. Petite déprime. Je n’aime pas déménager. J’aime le résultat des déménagements – un endroit nouveau, un endroit meilleur – mais déménager est toujours épuisant, physiquement comme psychologiquement.
Je jette le pot de glace à moitié plein dans la poubelle de ma chambre.

Tout va bien se passer.
J’ai hâte.

3 commentaires à “Lost in Translation”


  1. 0 Christina 30 jan 2010 à 7:20

    C’est toujours un peu déstabilisant, un déménagement, même si on va (normalement) vers du mieux, plus grand, plus beau.

    Tu es du Sud de la France ? Et qu’est-ce qui t’a amenée à San Francisco ? Le hasard, un vieux rêve, tes études ?

  2. 1 Christina 30 jan 2010 à 7:20

    P.S. J’ai adoré ce film, Lost in Transation.

  3. 2 Phèdre 30 jan 2010 à 18:57

    Salut Christina,
    Oui je suis du Sud de la France, un petit village près de Hyères et Toulon. Je suis venue à San Francisco un peu par hasard. Je voulais finir mes études aux Etats-Unis mais je n’arrivais pas à me décider. NY ou la Californie? NY et les écoles new-yorkaises était trop chères pour moi, alors j’ai choisi la Californie, San Francisco, sans trop savoir où je mettais les pieds. À croire que je suis une aventurière!
    P.S.: mon rêve, lorsque j’étais ado, ce n’était pas les E.-U. mais le Japon. Oui, Lost in Translation, j’ai adoré

Laisser un commentaire



naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro