Catastrophes naturelles (réelles ou rêvées)

J’ai rêvé qu’il y avait un tremblement de terre, la nuit dernière. Dans mon rêve, j’étais réveillée en pleine nuit par une secousse. Je restais dans mon lit, terrifiée, priant pour que cela se calme, mais le désastre était sans fin. En face de moi, sur le mur, une sorte de cadran affichait la magnitude du séisme. Elle ne cessait de croître, passant de 5 à 6, puis à 7. Les portent battaient, les objets dans ma chambre s’entrechoquaient, mais tout était étrangement silencieux – comme dans un rêve – et l’appartement tenait bon.

Retour au calme.

À côté de moi, K______ dormait comme un bébé. Je l’ai réveillé pour lui dire, soulagée : « Je crois que nous venons de survivre au Big One« . Et à ce moment, le cauchemar devenait un rêve.
Si je survis au Big One, ça veut dire que je n’ai plus à avoir peur.

Le Big One, c’est le monstre souterrain de la psyché san franciscaine. C’est cet énorme tremblement de terre à venir, que tout le monde prétend ignorer, mais que chacun redoute.

Ce soir, en rentrant du travail, il s’est mis à grêler. Je n’avais encore jamais vu de grêle à San Francisco. C’est drôle, il ne faisait même pas froid. Là d’où je viens, dans le sud de la France, les grêlons atteignent parfois la taille de grosses billes (des oeufs de pigeons disait mon grand-père). Et si c’était pareil ici? Je me suis mise à courir, en faisant attention à ne pas glisser, et tout en courant, je voyais le goudron se blanchir et les grêlons grossir sous mes pieds. Alors que je traversais la rue au bas de mon appartement, la route et le trottoir étaient tapissés de petites billes glacées.

J’ai monté les escaliers deux à deux, et ouvert la porte de mon appartement pour me retrouver nez à nez avec K______ et son ami D__.
Ils sont venus m’accueillir? Comme c’est gentil.
Mais je leur ai trouvé un air bizarre.

Je crois qu’ils fumaient des joints en cachette sur l’escalier de secours à l’arrière de l’appartement. En contemplant le ciel orageux.

3 commentaires à “Catastrophes naturelles (réelles ou rêvées)”


  1. 0 Me, myself and I 10 mar 2010 à 6:03

    Tu fais de bien drôles de rêves toi ! lol
    PS : si je réveille mon homme pour lui raconter mes rêves, il me tue !

  2. 1 Phèdre 10 mar 2010 à 6:36

    En fait, ça aussi ça faisait partie de mon rêve, je ne l’ai pas vraiment réveillé :) Je pense que c’est assez commun de rêver de tremblements de terre quand tu habites à San Francisco. La Californie est une région très tectonique, il y a des centaines de tremblements de terre chaque jour. Les Californiens sont habitués aux petites secousses, mais les médias n’arrêtent pas parler du « Big One ».
    Quand tu emménages dans un nouvel appartement à San Francisco, un des premiers trucs que tu veux savoir c’est s’il est aux normes séismiques! Mon appart… je sais pas trop. Il est plutôt vieux. Pas étonnant que j’en rêve la nuit.

  3. 2 Christina 10 mar 2010 à 20:39

    Quand je suis allée en Californie, c’était juste après le tremblement de terre de janvier 1994 à Los Angeles. Et pendant que nous étions à San Francisco, il y avait eu un petit tremblement de terre à Santa Barbara. Quand la roomate de ma copine nous l’a raconté, à notre retour, j’étais déçue de ne pas avoir été sur place.

    The big one. Ouais… déjà, celui de l’été 1989, il était pas mal. Je me souviens que le Bay Bridge avait été bien abimé.

    Tu fais quand même… de drôles de rêves !! Il était peut-être prémonitoire de la grêle du lendemain !

Laisser un commentaire



naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro