Archives pour mai 2010

Mission Rock

Hier soir, R_____ et M____ sont venus nous rendre visite de Los Angeles. Ce sont des amis que K______ a rencontré pendant ses études de cinéma. Nous avons acheté deux bouteilles de vin et je me suis assise avec eux, à les regarder échanger des souvenirs, se raconter leurs vies et leurs projets.

Puis sans trop savoir comment, nous avons atterri dans une sorte de rave party dans le quartier Bayview Hunters Point, organisée par Luke – un gars tout bizarre avec des dreadlocks blondes qui vit dans une salle de cinéma. Il a loué un club au bord de l’eau, Mission Rock, et l’a complètement transformé.

sfmissionrock.jpg
Mission Rock, avant l’invasion.

J_____ nous a rejoint avec son ami John. À l’entrée, des gardes nous ont fouillé pour s’assurer que nous n’avions pas d’armes ou de drogue. Mais J_____ m’a expliqué que c’était des conneries. « Le dealer est à l’intérieur, et il a l’exclusivité. »
Le prix d’entrée était 20$, mais on pouvait entrer gratuitement si l’on venait avec un instrument de musique…. ou un arbre. M____ a cueilli une énorme branche en chemin vers le club, et nous sommes entrés sans payer. John avait des baguettes de batterie.

missionrock2.jpg

missionrock1.jpg

Sur la terrasse faisant face à la baie, Luke avait installé trois tipis. Des musiciens jouaient à l’intérieur du plus grand. Sur la tenture d’un second tipi, un projecteur diffusait l’image d’un feu de bois. Des ravers complètement shootés en approchaient leurs mains pour s’y réchauffer, pendant que d’autrent dansaient aux rythmes émanant du tipi central.

missionrock4.jpg

À l’intérieur du club, une soirée techno trash battait son plein ; mégots, capsules de bière et autres morceaux de tissus sales jonchant le sol. Des visages sombres, des masques menaçants. Nous nous sommes échappés à l’étage par le grand escalier. Là, c’était une autre ambiance, plus sympa, avec des ultraviolets des des lumières bleues et vertes. Lorsque nous sommes arrivés, le DJ jouait un garage remix de Ain’t No Sunshine When She’s Gone qui m’a beaucoup plu.

Je n’aurais jamais dû venir avec mes ballerines, ma petite robe noire et mon trench Ben Sherman. Les filles se promenaient nues ou avec des branchages et des peintures de guerre. Tatouages partout. Certaines d’entre-elles, plus vêtues, ressemblaient à des Ewoks avec leurs bottes et leur bonnets de laine. Des types peignaient une toile gigantesque avec des couleurs phosphorescentes dans l’obscurité du club, tout en dansant comme je n’ai jamais vu personne danser. Un gars avec une longue queue de raton-laveur sirotait une boisson étrange en parlant à une jeune fille dodue à la poitrine emprisonnée dans des lacets de cuir.

missionrock3.jpg
missionrock5.jpg

K_____ m’a demandé si je voulais danser mais j’ai décliné car j’avais un peu peur de cette foule. Alors nous nous sommes assis sur la terrasse de l’étage, au milieu de dizaines de personnes en train de se peloter et de boire et fumer. Il faisait exceptionnellement doux cette nuit. K______ a trouvé une boîte de maquillage et nous nous sommes dessinés des peintures de guerre. Deux marques sous les yeux pour moi, deux sur le front pour lui. Puis un gars nous a jeté une poignée de paillettes dessus et nous avons étincelé toute la soirée. La bière de K______ était foutue.
De retour à l’intérieur, M____ a découvert une boite contenant plein de petites baguettes en plastique. « Lorsque tu les plies, elles se mettent à briller dans le noir. » Nous voilà en train d’agiter nos baguettes fluorescentes comme des enfants, révélant de jolis dégradés de bleu, violet, rose, et vert. J’ai vu un gars assis sur un sofa ; son tee-shirt avait un écran à senseurs et s’éclairait de barres vertes et oranges au rythme des beats de la musique. On aurait dit une vieille chaîne hi-fi.

À une heure du matin, J_____ et John ont voulu rentrer car toute cette folie ne les amusait plus. Nous avons couru dans la nuit, dans le quartier désaffecté, pour attraper le bus 22.
Le bus du retour à la civilisation.

Ce matin, il y avait encore des paillettes dans notre lit.

Photos: C______ K______.

Très cher blog…

Merci de me rappeler à toi. Ces dernières semaines j’ai :

1. Perdu ma connexion Internet,
2. Commencé un nouveau job,
3. Découvert la piscine municipale de mon quartier,
4. Rencontré une Francaise qui est nouvelle à San Francisco. Elle est blonde avec des taches de rousseur et elle s’appelle A___-L____,
5. Pris un nouvel abonnement Internet, avec Comcast,
6. Célébré mes 10 mois avec mon chéri,
7. Célébré ma remise de diplômes avec mes camarades de MBA.
8. Coupé mes cheveux encore plus courts, et acheté deux bouteilles shampooing Bumble & Bumble qui sentent trop bon,
9. Cassé la prise de chargement de mon Mac ; il ne lui reste plus que 12% de batterie a vivre.
10. Et développé une fascination malsaine pour Heidi Montag.

Aussi, le film de K______ a remporté le festival City Short et je suis vraiment fière de lui.

Je te promets de revenir fort bientôt, mais pour l’instant je ne peux t’écrire qu’en l’absence de mon chéri, vu que je dois utiliser son ordinateur.
Et oui, mon blog, tu es un secret.

J’ai trouvé du travail !

Lasse d’écrire de longues lettres de motivation que personne ne lit et auxquelles personne ne répond, j’ai tenté une nouvelle approche : le style rien-à-foutre. Voilà mot pour mot l’email que j’ai envoyé pour un poste de marketing manager :

Good Morning,
Have you found a Marketing Manager yet?
Please take a look at my resume, I am quite interested in the position.
I have an MBA and marketing & PR experience. I am also a good writer.
Best Regards.

Réponse immédiate (When are you available to chat?), longue discussion téléphonique le soir-même, entretien d’embauche le jour d’après.

Et voilà (talaa!!) je commence à travailler la semaine prochaine !

Il s’agit un poste contractuel pour une compagnie de Video Tracking dans le quartier SoMa (South of Market). Je travaillerai avec cette compagnie le mardi et vendredi, pour 1200$/mois. À première vue, ça m’a semblé être beaucoup d’argent, puis en faisant le calcul, je me suis rendue compte que ça faisait tout juste 20$ de l’heure… dont il faut déduire environ 15% de taxes, ou davantage. Je ne m’y connais guère en taxes.
Toujours est-il que je suis ravie d’avoir obtenu ce job.
Et puis les locaux sont magnifiques ! Voici deux photos représentatives du quartier SoMa :

yerbabuenamariott.jpg

bacar.jpg

Il y a quelques années, SoMA était un quartier insalubre, mais de nombreuses compagnies s’y sont installées récemment, et c’est désormais un vrai quartier d’affaires, avec un cachet particulier. Vieux immeubles de briques aux accents modernes, espaces verts, cafés et restaurants branchés, night-clubs
Et c’est à 20 minutes de chez moi.

J’ai hâte de commencer !



naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro