Mission Rock

Hier soir, R_____ et M____ sont venus nous rendre visite de Los Angeles. Ce sont des amis que K______ a rencontré pendant ses études de cinéma. Nous avons acheté deux bouteilles de vin et je me suis assise avec eux, à les regarder échanger des souvenirs, se raconter leurs vies et leurs projets.

Puis sans trop savoir comment, nous avons atterri dans une sorte de rave party dans le quartier Bayview Hunters Point, organisée par Luke – un gars tout bizarre avec des dreadlocks blondes qui vit dans une salle de cinéma. Il a loué un club au bord de l’eau, Mission Rock, et l’a complètement transformé.

sfmissionrock.jpg
Mission Rock, avant l’invasion.

J_____ nous a rejoint avec son ami John. À l’entrée, des gardes nous ont fouillé pour s’assurer que nous n’avions pas d’armes ou de drogue. Mais J_____ m’a expliqué que c’était des conneries. « Le dealer est à l’intérieur, et il a l’exclusivité. »
Le prix d’entrée était 20$, mais on pouvait entrer gratuitement si l’on venait avec un instrument de musique…. ou un arbre. M____ a cueilli une énorme branche en chemin vers le club, et nous sommes entrés sans payer. John avait des baguettes de batterie.

missionrock2.jpg

missionrock1.jpg

Sur la terrasse faisant face à la baie, Luke avait installé trois tipis. Des musiciens jouaient à l’intérieur du plus grand. Sur la tenture d’un second tipi, un projecteur diffusait l’image d’un feu de bois. Des ravers complètement shootés en approchaient leurs mains pour s’y réchauffer, pendant que d’autrent dansaient aux rythmes émanant du tipi central.

missionrock4.jpg

À l’intérieur du club, une soirée techno trash battait son plein ; mégots, capsules de bière et autres morceaux de tissus sales jonchant le sol. Des visages sombres, des masques menaçants. Nous nous sommes échappés à l’étage par le grand escalier. Là, c’était une autre ambiance, plus sympa, avec des ultraviolets des des lumières bleues et vertes. Lorsque nous sommes arrivés, le DJ jouait un garage remix de Ain’t No Sunshine When She’s Gone qui m’a beaucoup plu.

Je n’aurais jamais dû venir avec mes ballerines, ma petite robe noire et mon trench Ben Sherman. Les filles se promenaient nues ou avec des branchages et des peintures de guerre. Tatouages partout. Certaines d’entre-elles, plus vêtues, ressemblaient à des Ewoks avec leurs bottes et leur bonnets de laine. Des types peignaient une toile gigantesque avec des couleurs phosphorescentes dans l’obscurité du club, tout en dansant comme je n’ai jamais vu personne danser. Un gars avec une longue queue de raton-laveur sirotait une boisson étrange en parlant à une jeune fille dodue à la poitrine emprisonnée dans des lacets de cuir.

missionrock3.jpg
missionrock5.jpg

K_____ m’a demandé si je voulais danser mais j’ai décliné car j’avais un peu peur de cette foule. Alors nous nous sommes assis sur la terrasse de l’étage, au milieu de dizaines de personnes en train de se peloter et de boire et fumer. Il faisait exceptionnellement doux cette nuit. K______ a trouvé une boîte de maquillage et nous nous sommes dessinés des peintures de guerre. Deux marques sous les yeux pour moi, deux sur le front pour lui. Puis un gars nous a jeté une poignée de paillettes dessus et nous avons étincelé toute la soirée. La bière de K______ était foutue.
De retour à l’intérieur, M____ a découvert une boite contenant plein de petites baguettes en plastique. « Lorsque tu les plies, elles se mettent à briller dans le noir. » Nous voilà en train d’agiter nos baguettes fluorescentes comme des enfants, révélant de jolis dégradés de bleu, violet, rose, et vert. J’ai vu un gars assis sur un sofa ; son tee-shirt avait un écran à senseurs et s’éclairait de barres vertes et oranges au rythme des beats de la musique. On aurait dit une vieille chaîne hi-fi.

À une heure du matin, J_____ et John ont voulu rentrer car toute cette folie ne les amusait plus. Nous avons couru dans la nuit, dans le quartier désaffecté, pour attraper le bus 22.
Le bus du retour à la civilisation.

Ce matin, il y avait encore des paillettes dans notre lit.

Photos: C______ K______.

4 commentaires à “Mission Rock”


  1. 0 sijeveux 30 mai 2010 à 7:22

    J’adore tes récits !!!!!!! J’ai l’impression de voir tout ce que tu as vu, j’ai l’impression de voir un clip, un court métrage, des scènes, d’entendre, de sentir.

  2. 1 Phèdre 30 mai 2010 à 7:30

    Vraiment? tu n’as pas idée combien tes mots me touchent. Ce blog est la seule occasion que j’ai de m’exprimer dans ma langue maternelle. Merci!
    Et évidemment, je suis très heureuse de savoir que tu es passée par ici, Miss C________. :)

  3. 2 Dagon 31 mai 2010 à 16:07

    …et ben on s’amuse bien a San Fransisco dis donc!! ^0^

    Dernière publication sur Mon rat s'appelle Dagon : teste

  4. 3 lignedhorizon 12 juin 2010 à 7:26

    je rejoins Christina! j’aime tes écrits, tes assemblages de phrases, ce sont comme des petites photos avec lesquelles on fait un album!

    et puis tu as une chance incroyable de vivre « ce genre de choses »! la découverte rend la vie plus dense!

    alors danse :)
    Adèle

Laisser un commentaire



naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro