Archives pour la catégorie San Francisco



Couleurs Locales

K. et moi sommes enfin installés. Nous avons presque tout ce qu’il nous faut : une chambre sympa et un joli salon meublés, une minuscule salle de bain (très mignonne) et une grande cuisine (plutôt moche). Il nous reste juste à acheter un buffet de rangement pour la cuisine, car pour le moment, nous entassons tous nos plats dans un grand carton caché sous la table.

Notre quartier, le Mission, est très agréable et ensoleillé. C’est là que bat le coeur créatif de San Francisco: peintres, musiciens, cinéastes… Il y a aussi beaucoup de pauvreté, des gangs mexicains, de la drogue… Le Mission est brutalement hétéroclite.

J’habite au croisement de 14th Street et Folsom. C’est une zone industrielle en train de se gentrifier. Il y plusieurs supermarchés et primeurs, quelques restaurants, beaucoup de parkings, de garages et d’entrepôts aux façades couvertes de graffiti.

16th.jpg

À quelques blocs de là, le croisement de 16th Street et Mission est le plus terrible du quartier, peut-être même de la ville. Gangs et dealers traînent à la sortie du BART (l’équivalent du RER parisien). On y vend et fume du crack.
Pour se procurer de la drogue, certains entrent dans le trafic de tickets de bus. Les tickets valent 2$ à l’unité. Ils sont datés du jour même, et affichent l’heure jusqu’à laquelle ils restent valides. Souvent, près des arrêts de bus, un type en guenilles vous accoste pour vous échanger un ticket contre quelques cents. Les tickets volés le matin doivent être écoulés au cours de la journée.
Il y a aussi des clochards, poussant leur caddie empli de couvertures pisseuses et d’autres saletés, criant à tue-tête des phrases saugrenues. Parfois, on les voit se traîner sur des chaises roulantes, semi-gangrenés et mourants. C’est le tiers-monde.
J’essaie toujours d’éviter 16th Street et Mission lorsque je vais travailler. Le bureau se trouve sur 17th Street et Mission, juste un bloc au sud de cette misère.

picosanchezmissiondistrictmuralssanfrancisco20070608101.jpg

De l’autre côté de Mission Street, au croisement de Valencia et 18th Street, fleurissent antiquaires, jolies boutiques de vêtements, librairies et cafés / restaurants. La nourriture est délicieuse et pas chère. La population est déjà très différente. Il y a beaucoup de hipsters dans le Mission.
Les hipsters, ce sont ces jeunes professionnels San Franciscains ou New Yorkais qui s’intéressent à la mode et à la culture underground, comme la musique alternative, le rock ou les films indépendants… et les films français : Ah, Godard! Ah, la nouvelle vague!
Les hipsters sont presque devenus une caricature d’eux même. Il s’habillent pareil (jean noir slim et chemise à carreaux, tatouages bon-enfant), écoutent la même musique sur leurs même iPods, et discutent des concerts à venir et des plus belles boucles de ceinture qu’ils ont jamais portées. Ce sont ceux qui véhiculent la culture et permettent aux groupes et artistes inconnus de survivre et peut-être, un jour, de percer. Avoir des hipsters dans son quartier, c’est plutôt bon signe.

À quelques pas de Valencia se trouve le Dolores Park, sur le flanc d’une colline. Au printemps, amis et amoureux y viennent lire, pique-niquer, ou jouer au frisbee avec leur chien. Par temps clair, il y a une vue époustouflante sur le centre de San Francisco.
Soleil. Palmiers. C’est la Californie.

J’aime notre quartier. J’aime y vivre, mais il faut savoir y vivre.
K. est à San Francisco depuis 15 ans. Il a habité dans tous ses quartiers et sait gérer toutes les situations urbaines. Il m’explique et me décode les événements, les gens. Il me protège, aussi. C’est mon héro.

12


naturolife |
greengreen |
sans détour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Antre du Docteur Faust
| nous...
| kryslaro